Le mot de notre curé

Bruno Mary
Trouver le repos



Nous y aspirons en ce mois de juillet. Ces semaines de confinement puis de déconfinement nous éprouvent.
Elles nous font sentir toute notre fragilité. Nos prévisions et nos points de repère se ponctuent de points d’interrogation. A la rentrée, nous vivrons tel évènement si….
Et cependant, Pâques a bien eu lieu même si nous l’avons célébré de manière confinée… Le covid n’a pas emporté la mort et la résurrection du Christ !
Ce temps nous permet d’expérimenter et de goûter de nouvelles solidarités. Avouons que nos écrans ne remplacent pas une présence physique ainsi que nos liturgies familiales nos assemblées dominicales.
Il nous faut articuler l’un avec l’autre. Oui, nous avons besoin de souffler, de prendre de la distance face à cette actualité anxiogène.

Mais comment ? Je relaie l’appel du Christ du dimanche… Lire plus
Trouver le repos



Nous y aspirons en ce mois de juillet. Ces semaines de confinement puis de déconfinement nous éprouvent.
Elles nous font sentir toute notre fragilité. Nos prévisions et nos points de repère se ponctuent de points d’interrogation. A la rentrée, nous vivrons tel évènement si….
Et cependant, Pâques a bien eu lieu même si nous l’avons célébré de manière confinée… Le covid n’a pas emporté la mort et la résurrection du Christ !
Ce temps nous permet d’expérimenter et de goûter de nouvelles solidarités. Avouons que nos écrans ne remplacent pas une présence physique ainsi que nos liturgies familiales nos assemblées dominicales.
Il nous faut articuler l’un avec l’autre. Oui, nous avons besoin de souffler, de prendre de la distance face à cette actualité anxiogène.

Mais comment ? Je relaie l’appel du Christ du dimanche 5 juillet. Il nous dit : ‘venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau et vous trouverez le repos.’
Venez à moi parce que vous êtes libres d’aller vers d’autres ou de vous repliez sur vous-mêmes.
Venez à moi parce que, baptisés, vous entretenez une relation particulière avec moi. Vous avez été plongés dans ma mort afin de participer à ma résurrection. La foi n’est pas adhésion à une échelle de valeurs mais un acte de confiance envers une personne : Dieu révélé par son Fils dans l’Esprit.
Venez à moi car je suis doux et humble de cœur. En Jésus Christ, Dieu se fait homme afin d’être proche de chacun en commençant par les plus petits, ceux qui s’estiment infréquentables et sans avenir.
Jésus ne vient pas pour juger mais pour encourager l’homme à se tourner vers lui, à lui révéler l’amour infini de Dieu dont il bénéficie et à lui confier sa cause plutôt que de se faire justice lui-même.
Cela l’a mené jusqu’à la mort infâme sur une croix où il s’est abandonné complètement à son Père. Père, en tes mains, je remets mon esprit…

Venez à moi et vous trouverez le repos. Un repos qui permet le repos physique.
Mais aussi, un repos dont l’origine est de se reposer pleinement sur un autre sûr de sa bienveillance, de son amitié, de son amour. En Dieu, cet amour va jusqu’au pardon, ce don par-delà tout don, qui nous apaise et nous ouvre un avenir.
Ce repos n’est ni une paresse, ni une désinvolture. Il s’agit plutôt de ‘tout faire comme si tout dépendait de nous, et s’en remettre à Dieu comme si tout dépendait de lui’ pour reprendre les mots de St Ignace.
Le repos ne consiste pas à ne rien faire, à se laisser vivre, mais à tout donner en acceptant de tout recevoir.

Durant cet été, donnons du temps à Dieu. Ecoutons sa Parole ; lisons des livres de spiritualité ; prions retiré dans notre chambre et en pleine assemblée. Nous savons à qui nous donnons notre confiance.
Je conclue avec cette prière : ‘augmente en nous la foi, Seigneur : fais-nous la grâce de tenir, dans ce monde, notre devoir de louange et de service.’

Bon repos, bon été.





P. Bruno Mary, curé de la paroisse St Eubert, juillet 2020