Eglise Saint-Etienne

Histoire

De 1825 à 1828, la chaire a été conçue par François Rude (1784-1855). Elle reprend les caractéristiques des chaires du 17e siècle, elle est composée d’un abat-voix orné de motifs imitant des draperies, surmonté d’un ange et d’angelots. Deux des Vertus théologales, la Foi et l’Espérance, soutiennent la cuve décorée d’un bas-relief représentant la scène de la Lapidation de saint Etienne. Cette chaire est classée monument historique depuis 1971.  

La Statue de Notre-Dame d’Annay

Placée dans un édicule moderne, la Vierge en bois sculpté est représentée assise sur un trône, portant du bras gauche l’Enfant Jésus. Par certaines caractéristiques, telles que la position frontale, l’agencement des draperies, cette œuvre paraît dater du 13e siècle. En revanche la polychromie semblerait du 19e. Cette statue vénérée chez les cisterciennes d’Annay en Artois a été offerte à l’église en 1891 par une religieuse de cette abbaye. La Vierge à l’Enfant de Fridiani, sculpture atée de 1835, est une belle reproduction d’une Vierge d’A Raggi, réalisée d’après les dessins du Bernin, et qui se trouve actuellement dans l’église Saint-Joseph des Carmes à Paris. Le très beau maître autel date du 19e siècle. Sur le retable de marbre blanc se détachent deux médaillons ovales de bronze encadrés par un cadre d’albâtre. Ils sont l’œuvre d’Edgar Boutry. L’un représente le prêtre Lucien, apprenant en songe par Gamaliel le lieu où reposent les restes de saint Etienne et le second révèle le corps du Christ. Derrière le maître autel du chœur. La lapidation de saint Etienne, peinture du célèbre artiste lillois, Victor Mottez (1809-1897), a été réalisée en 1837. Cet artiste a apporté un grand soin à cette œuvre conçue sous la direction de son maître J.D. Ingres. C’est dans la chapelle du Sacré-Cœur que se trouve la plus ancienne porte de tabernacle, conservée à Lille, en argent repoussé et doré. Réalisée vers 1660 par Simon Gérard, fameux orfèvre lillois (1617-1667), elle est une interprétation d’une gravure réalisée par Boetuis A. Bolswert d’après un tableau de Rubens, représentant la Cène, conservé au musée de la Breta à Milan.  

Le Grand-Orgue

Il a été réalisé par les facteurs d’orgue Cavaillé-Coll, Daublaine et Callinet. Le buffet et la tribune sont l’architecte Albert Contamine. Installé par Charles Benvignat (1806-1877), il fut inauguré le 29 octobre 1840. Le couronnement du buffet est constitué d’une statue en chêne du roi David tenant une harpe et de deux anges. Actuellement l’orgue comprend 39 jeux. Cet orgue a été réparé après le départ des allemands en 1918, puis restauré en 1995. Il est classé objet mobilier depuis le 18 juillet 1980. La peinture murale représentant une architecture en trompe-œil, de stalars, dans le style piranesien, située dans le sanctuaire et dans les chapelles latérales, est une réalisation unique dans la décoration des églises du Nord/Pas-de-Calais La statue de saint Jean, en chêne, proviendrait du grand calvaire de Lille, érigé derrière le collège des Jésuites dès 1635. Les éléments du calvaire ont été dispersé en 1861 lors de la démolition des remparts en 1861 lors de la démolition des remparts de la ville. Le Christ est depuis 1864 au cimetière du Sud, la Vierge en pierre a disparu et le saint Jean a été placé dans cette église vers 1870.
Galerie photos